Etude sur les préfigurations bibliques :

Etude sur quatre préfigurations bibliques 

Par cette étude, je tenterais d’expliquer quatre préfigurations de versets bibliques permettant d’en faire le parallèle avec d’autres (de l’ancienne vers la nouvelle alliance) ou avec la vie du chrétien. En allant plus loin dans l’étude biblique, il est bien sûr possible de trouver d’autres préfigurations. Mais je m’en tiendrais qu’à quatre actuellement afin de développer ce que je sais vraiment plutôt que d’être dans l’approximation.

Les préfigurations sont concrètement des annonciations ou des mises en parallèle avec des évènements de natures différentes. Le message est surtout de faire comprendre à celle ou celui qui lit la Bible, qu’il n’y a pas de hasard du pourquoi telle ou telle chose y figure car c’est toujours pour une raison bien précise. La Bible est donc un livre écrit sous l’inspiration divine, c’est-à-dire sous l’influence du Saint-Esprit qui animait les disciples et ceux qui étaient droit devant Dieu (ancienne alliance) et/ou ayant sincèrement reconnu Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur (nouvelle alliance).

1. La vie et le ministère de Jésus-Christ est le modèle de vie parfait pour le chrétien :

Avant tout chose, la vie du Christ en elle-même est la parfaite préfiguration, le parfait exemple pour la vie du chrétien sur terre. Ce dernier cherche, trouve puis étudie la vie du Messie pour s’en servir de modèle durant sa vie terrestre. Les chrétiens sont en fait de compte, des Christ (des lumières) dans ce monde ténébreux et dont Satan en est le prince.

Mathieu chapitre 5 ; versets 14 à 15 :

« Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée ; et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. »

Le chrétien prie, lutte contre les tentations, médite la Parole Divine dans son quotidien. La vie du croyant est une évolution constante vers la sanctification et donc une lutte permanente contre sa conditionne charnelle.

Notre principale mission de chrétien consiste à faire connaître et servir le nom Saint et Glorieux de Jésus-Christ pour qu’un maximum d’hommes et de femmes deviennent à leur tour des êtres de conditions divines par le baptême du Saint-Esprit.

Mathieu chapitre 28 ; versets 19 à 20 :

« Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. »

Alors si :

Tu te demandes pourquoi tu te sens si différent du reste du monde ?
Tu verras dans la Bible que Jésus a vécu la même chose !

Tu es déçu et triste de constater que beaucoup sont dans l’erreur ?
Tu verras dans la Bible que Jésus a vécu la même chose !

Tu en as assez de l’hypocrisie et du mensonge du monde ?
Tu verras dans la Bible que Jésus a vécu la même chose !

Tu pries, tu obéis et tu persévères pour rester droit devant Dieu ?
Tu verras dans la Bible que Jésus a vécu la même chose !

Il en va de même pour tout ce que l’on peut vivre dans cette vie, la tristesse, la joie...Toutes les circonstances, toutes les questions que l’on se pose, le Christ aussi, dans sa condition charnelle vécu tous ces instants.

2. Le sacrifice d’Isaac, fils d’Abraham annulé puis remplacé par un agneau :

Genèse chapitre 22 ; versets 1 à 3 :

« Après ces choses, Dieu mit Abraham à l'épreuve, et lui dit : Abraham ! Et il répondit : Me voici ! Dieu dit : Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t'en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l'une des montagnes que je te dirai. Abraham se leva de bon matin, sella son âne, et prit avec lui deux serviteurs et son fils Isaac. Il fendit du bois pour l'holocauste, et partit pour aller au lieu que Dieu lui avait dit… »

Dans ce passage de l’ancienne alliance, on peut clairement distinguer deux préfigurations et très certainement les plus révélateurs de la Bible.

L’agneau sacrifié à la place d’Isaac préfigure et annonce un sacrifice qui sauvera l’humanité. Celui de Jésus-Christ, Dieu fait chair et sans péché venu visiter (c’est à dire descendu du ciel) les hommes et portant sur lui tous leur péchés d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

Jean chapitre 1 ; verset 14 :

« Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. »

Jésus est donc appelé de nombreuse fois dans le Nouveau Testament, l’agneau sacrifié de Dieu. Parmi les versets, celui de la rencontre entre Jean le Baptiste et Jésus-Christ.

Jean chapitre 1 ; verset 29 :

« Le lendemain, il vit Jésus venant à lui, et il dit : Voici l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. »

Apocalypse chapitre 5 ; verset 12 :

« Ils disaient d'une voix forte : L'agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l'honneur, la gloire, et la louange. »

L’autre préfiguration, est l’acte de foi extrêmement puissante d’Abraham vis-à-vis de son Dieu (une foi presque aveugle car au point de sacrifier son fils Isaac). Cette foi devait se concrétiser par cet intention terrible de sacrifier Isaac pour clairement indiquer que futur salut en Jésus-Christ s’obtient par la foi, cette foi qui devra être grande, ferme et persévérante. La foi en Dieu ne doit pas être molle, tiède, ni variable où selon notre intérêt personnel. Abraham est donc le symbole de l’agissement par la foi. Le verset (cette fois ci dans la nouvelle alliance) de l’épitre de Paul aux Romains chapitre 4 ; versets 2 à 4, le confirme :

« Si Abraham a été justifié par les œuvres, il a sujet de se glorifier, mais non devant Dieu. Car que dit l’Ecriture ? Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice. Or, à celui qui fait une œuvre, le salaire est imputé, non comme une grâce, mais comme une chose due ; »

3. Jésus stoppe la tempête mais demande de rester ferme dans la foi :

Matthieu, chapitre 14 ; versets 27 à 30 :

« Jésus leur dit aussitôt : Rassurez-vous, c'est moi ; n'ayez pas peur ! Pierre lui répondit : Seigneur, si c'est toi, ordonne que j'aille vers toi sur les eaux. Et il dit : Viens ! Pierre sortit de la barque, et marcha sur les eaux, pour aller vers Jésus.… Mais, voyant que le vent était fort, il eut peur ; et, comme il commençait à s’enfoncer, il s’écria : Seigneur, sauve-moi ! Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit, et lui dit : Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? »

Ce passage explique que Pierre commença à s’enfoncer dans l’eau après que Jésus lui demanda de le rejoindre tout en marchant sur l’eau. Il s’agit ici de l’illustration évidente que provoque le manque de foi chez le croyant. Le chrétien chute et pêche de nouveau parce qu’un moment ou l’autre de sa vie, il a cessé de se concentrer sur Jésus-Christ, c’est-à-dire qu’à ce moment précis, sa foi a défailli.

Quand Jésus reprend Pierre en lui disant « homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté », cette phrase signale la présence du Saint-Esprit reprenant, conseillant, encourageant le chrétien qui a péché. Encore une fois, le Saint-Esprit est la force agissante de Dieu qui guide et conseille le chrétien durant sa vie terrestre.

3.  Le mariage d’un homme et d’une femme est l’illustration du mariage entre l’Eglise spirituelle (épouse) et Jésus-Christ qui en est le chef (l’époux) :

Tout comme le Christ est et sera toujours fidèle à son Eglise, l’homme et la femme se le doivent aussi (l’un envers l’autre). C’est la raison pour laquelle le mariage n’a pas pour vocation de se conclure sur un divorce parce que Dieu sera toujours fidèle à son Eglise. Deux points peuvent en témoigner.

Premièrement la relation entre Dieu et le peuple élu composé des hébreux. Bien qu’une grande partie des juifs se soient rebellés et ont endurci leur cœur vis-à-vis de leur Dieu, ce dernier ne leur a jamais retiré leur bénédiction originelle de peuple élu. C’est la raison pour laquelle, les juifs réussissent si bien dans tous les domaines prestigieux (économique, politique, scientifique, artistiques…) et que ce peuple a toujours su conserver son identité, ses traditions, sa solidarité unique quand tous les autres peuples les ont perdus au fil de l’histoire. Il est indéniable qu’il existe un génie juif dont les exemples (bons et mauvais) ne manquent pas. Tout d’abord Jésus bien sûr mais aussi Moïse, Albert Einstein, Garry Kasparov, Karl Marx, Sigmund Freud, Milton Friedman Mark Zuckerberg, Rothschild, Rockefeller, Steven Spielberg…Tous ont grandement contribué (tant en bien qu’en mal) à l’évolution du monde.

Le deuxième exemple est le verset qui suit en 2ème épitre de Paul à Timothée verset 12 à 13 :

« Si nous persévérons, nous régnerons aussi avec lui ; si nous le renions, lui aussi nous reniera ; si nous sommes infidèles, il demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même. »

La fidélité s’inscrit dans l’essence même de Dieu car il n’est amour. Nous sommes à l’image de Dieu et nous nous devons de rester fidèle plutôt que de s’endurcir le cœur à rejeter son/sa conjoint(e).

La société, le système, les gouvernements, travaillent sans relâche à détruire toute ce qui touche à la famille. C’est pourquoi le divorce et le mariage homosexuel, voulus par nos élites, ne viennent pas de Dieu mais de Satan. Le comble de l’amour dans un couple est la naissance d’un enfant quand le mariage homosexuel n’aboutit enfin de compte sur rien d’autres que l’assouvissement de pulsions sexuelles. Quant au divorce, il est la conséquence de la dureté de cœur et du manque d’amour pour le/la mariée. Il s’agit d’un échec qui peut avoir des conséquences psychologiques tant pour les parents que les enfants et jusqu’à très long terme. Tôt ou tard, l’amertume, la rancune, la jalousie, le sentiment d’échec se referont sentir.

4. Le déluge au temps de Noé est la préfiguration du baptême d’eau de Jean Baptiste :

Genèse chapitre 6 ; versets 16 à 18 :

« Tu feras à l'arche une fenêtre, que tu réduiras à une coudée en haut ; tu établiras une porte sur le côté de l’arche ; et tu construiras un étage inférieur, un second et un troisième. Et moi, je vais faire venir le déluge d'eaux sur la terre, pour détruire toute chair ayant souffle de vie sous le ciel ; tout ce qui est sur la terre périra. Mais j'établis mon alliance avec toi ; tu entreras dans l'arche, toi et tes fils, ta femme et les femmes de tes fils avec toi… »

Le déluge au temps de Noé, était la conséquence du péché gravement enraciné dans la monde (Sodome et Gomorrhe). Mais elle aussi l’illustration et l’annonce du baptême d’eau prêché et exécuté par Jean le Baptiste puis confirmé par Jésus lui-même. Le déluge avait pour but de mettre un terme définitif à une société corrompue de manière irréversible. Dieu ne laissant pas le mal gouverner le monde, a agi de manière radicale contre le vice. Il s’agit d’un nouveau départ pour le monde, départ que l’on peut naturellement assimiler à la nouvelle vie du chrétien, qui en a terminé de son ancienne vie de péchés pour renaître de nouveau.

Le verset en Jean chapitre 3 ; verset 3 le confirme :

« Jésus lui répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. »

Il ne faut pas oublier que des évènements de même nature que le déluge de Noé se reproduiront au retour de Jésus-Christ :

Mathieu chapitre 24 ; versets 37 à 39 :

« Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l'avènement du Fils de l'homme. Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l’arche ; et ils ne se doutèrent de rien, jusqu'à ce que le déluge vînt et les emportât tous : il en sera de même à l'avènement du Fils de l’homme… »

Pour conclure, la Bible contient donc beaucoup de préfigurations qui sont des signes, des indices voire des clefs de compréhension de la Parole. C’est pour cette raison donc, que d’autres préfigurations seront par la suite développées.