Hiérarchie, autorité et discipline dans l’Eglise spirituelle de Jésus-Christ :

1. L’Eglise Catholique est-elle la seule et véritable Eglise du Christ ?

Quelques versets bibliques démontrent clairement que le clergé catholique (et le Pape à sa tête) n’est pas l’unique et véritable Eglise de Jésus-Christ :

Epitre de Paul à Timothée, chapitre 2 ; versets 4 à 6 :

« …qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ, homme, qui s'est donné lui-même en rançon pour tous. C'est là le témoignage rendu en son propre temps, … »

Il ne doit pas y avoir d’intermédiaire humain entre l’homme et Dieu, à savoir ni de prêtres pour la confession des péchés ou d’un Pape souverain pour représenter Dieu sur terre. Jésus est le seul médiateur entre le disciple et le Père céleste. Tout doit se faire en son nom, que ce soit la confession des péchés, la prière, le jeune, la guérison, la consécration…

C’est aussi la raison pour laquelle le culte à Marie et aux anges ne peuvent être bibliquement validés. Il s’agit de doctrines charnelles et reprises par les catholiques qui ont été enseignés dans l’erreur. C’est une sorte de formatage culturelle et traditionnelle, inculqué de façon consciente ou inconsciente. Les deux versets qui suivent sont bien clairs à ce sujet :

Epitre de Paul aux Colossiens chapitre 2 versets 8 à 10 :

« Prenez garde que personne ne vous séduise par la philosophie et par de vaines tromperies, selon la tradition des hommes, selon les rudiments du monde, et non selon Christ. Car en lui toute la plénitude de la divinité habite corporellement. Et vous avez toute plénitude en lui, qui est le chef de toute principauté et puissance. »

Epitre de Paul aux Colossiens chapitre 2 ; versets 17 à 19 :

« …c'était l'ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ. Qu'aucun homme, sous une apparence d'humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son gré le prix de la course, tandis qu'il s'abandonne à ses visions et qu'il est enflé d'un vain orgueil par ses pensées charnelles, sans s'attacher au chef, dont tout le corps, assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l'accroissement que Dieu donne… »

Le verset ci-après confirme que Jésus-Christ est notre seul Directeur spirituel et non pas le Pape que ses fidèles le nomment comme étant le Saint-Père et dont certains vont même jusqu’à l’adorer. Or le verset ci-dessous, nous demande clairement de n’appeler personne sur terre, comme étant « notre Père » (je ne parle pas ici au sens paternel et biologique du terme, mais bien au sens spirituel).

Matthieu chapitre 23 ; versets 8 à 10 :

« …Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi ; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères. Et n'appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. Ne vous faites pas appeler directeurs ; car un seul est votre Directeur, le Christ… »

En Mathieu chapitre 16 ; versets 18, se trouve le verset à la base de l’erreur d’interprétation biblique du catholicisme :

« Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. »

Les catholiques concluent que l’Eglise est une institution avec son ensemble de bâtiments, cathédrale, basiliques… (à la gloire de Dieu). Or, juste avant ce verset, Pierre venait d’affirmer par sa foi (révélation donnée par Dieu au croyant) que Jésus est le Messie de Dieu. A partir de cette foi, Jésus dit bien que son Eglise spirituelle et non pas matériel sera bâti. Il s’agit d’une subtilité non comprise par le clergé catholique qui a repris ce verset de manière littéraire et matérielle (la pierre pour la construction), sans avoir cerner la foi (la croyance) de Pierre.

La véritable Eglise de Jésus-Christ est donc spirituelle et non pas institutionnel et dont le Vatican en serait le siège établi avec une hiérarchie d’un composée d’un Pape, d’évêques, de cardinaux…Mais à partir de deux croyants, le terme d’Eglise spirituelle peut être utilisé comme l’explique le verset en Matthieu chapitre 18 ; versets 19 à 20 :

« …Je vous dis encore que, si deux d'entre vous s'accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux. Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux. »

Enfin, il devient clair que le Pape actuel se trouve plutôt dans le côté obscur car étant admiré et sollicité par les institutions mondialistes et sataniques (Nouvel Ordre Mondial, gouvernements du monde, ONU…) et allant jusqu’à promouvoir l’islam comme étant une religion de paix alors qu’elle est la négation totale de Jésus-Christ comme étant le Fils de Dieu. Sans oublier sa soumission au sionisme, ce courant politico-nationaliste israélien qui est un projet politique de révolte totale contre Dieu.

L’église catholique est aussi la cause d’une très grande défiance de beaucoup de non-croyants vis-à-vis du christianisme à cause de tous les scandales de pédophilie, de l’infiltration de la franc-maçonnerie et comme vu précédemment, de doctrines anti-biblique.

L’essentiel reste de reconnaître Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur et c’est heureusement le cas pour beaucoup de catholiques qui seront sauvé pour avoir reconnu dans la foi, le Messie Jésus comme étant l’envoyé de Dieu.

2. Quels dirigeants pour l’Eglise de Jésus-Christ ?

Deux versets indiquent clairement comment se doivent d’être ceux qui ont ce rôle excellent dans l’Eglise :

Première épitre de Paul à Timothée chapitre 3 ; versets 1 à 3 :

« Cette parole est certaine : Si quelqu'un aspire à la charge d'évêque, il désire une œuvre excellente. Il faut donc que l'évêque soit irréprochable, mari d'une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l'enseignement. Il faut qu'il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé.… »

Première épitre de Paul à Timothée chapitre 3 ; versets 8 à 9 :

« Les diacres aussi doivent être honnêtes, éloignés de la duplicité, des excès du vin, d'un gain sordide, conservant le mystère de la foi dans une conscience pure. »

Comment interpréter ces versets ?

Le Pasteur, l’enseignant se doit d’être un homme/une femme d’expérience dans la foi, ayant acquis une sagesse, qui peut servir de guide, de mentor pour assurer l’évolution spirituelle du disciple et même de toute une assemblée. Il faut surtout que ce/cette dirigeant(e) d’Eglise soit mandaté par Dieu pour accomplir ce rôle et que cette conviction soit puissamment ancrée dans son cœur. Quand il/elle parle, on ressent souvent pleinement la puissance de Dieu agir en lui. On peut sentir (dans notre esprit) la gloire du Christ à travers cet enseignant car sa connaissance biblique est très profonde.

Un enseignant ne peut pas être un nouveau chrétien, frais dans la foi (sauf si un don spécifique lui été accordé par Dieu), car l’orgueil l’atteindra rapidement et fera de ce nouveau disciple, une personne arrogante, en manque de connaissance et ce n’est pas le but.

Ceux et celles qui ont un rôle de leader dans l’assemblée, se doivent donc d’être irréprochable devant Dieu sur le plan moral. Et malheureusement Satan, en tentant premièrement les hommes de Dieu continue de faire des ravages dans l’Eglise, entrainant une image désastreuse du Corps du Christ. Le combat est constant entre la véritable Eglise spirituelle de Jésus-Christ et les influences démoniaques.

Tous ces enseignants, docteurs, pasteurs…sont mandatés pour l’édification de l’Eglise, c’est-à-dire que leur rôle est de fortifier en puissance et connaissance, permettant d’aller plus loin dans la diffusion et le témoignage de la gloire et du nom de Jésus-Christ dans le monde.

La vie du Chrétien est donc une évolution constante dans la sainteté et dans la connaissance. Le stade final est l’état de grâce, en atteignant l’image parfaite du Christ, en termes de gloire, de sagesse et d’amour.

Luc, chapitre 6 ; verset 40 :

« Le disciple n'est pas plus que le maître ; mais tout disciple accompli sera comme son maître. »

Et c’est le rôle de tout le corps du Christ, composé des croyants (enseignants, guérisseurs, pasteurs, prophètes, disciples…) d’édifier l’Eglise spirituelle.

3. Jésus-Christ est Seigneur de l’humanité :

Voici quelques versets bibliques qui prouvent le statut unique de Seigneur et Sauveur qu’est Jésus-Christ :

Luc chapitre 4 ; versets 33 à 35 :

« Il se trouva dans la synagogue un homme qui avait un esprit de démon impur, et qui s'écria d'une voix forte : Ah ! qu'y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth ? Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es : le Saint de Dieu.

Luc chapitre 4 ; versets 40 à 41 :

« Après le coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses maladies les lui amenèrent. Il imposa les mains à chacun d'eux, et il les guérit. Des démons aussi sortirent de beaucoup de personnes, en criant et en disant : Tu es le Fils de Dieu. Mais il les menaçait et ne leur permettait pas de parler, parce qu'ils savaient qu'il était le Christ. »

Marc chapitre 4 ; versets 39 à 40 :

« S'étant réveillé, il menaça le vent, et dit à la mer : Silence ! tais-toi ! Et le vent cessa, et il y eut un grand calme. Puis il leur dit : Pourquoi avez-vous ainsi peur ? Comment n'avez-vous point de foi ?»

Epitre de Paul aux Philippiens chapitre 8 ; versets 8 à 10 :

« …et ayant paru comme un simple homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix. C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, … »

Epitre de Jacques chapitre 2 ; versets 18 à 20 :

« …Mais quelqu'un dira : Toi, tu as la foi ; et moi, j'ai les œuvres. Montre-moi ta foi sans les œuvres, et moi, je te montrerai la foi par mes œuvres. Tu crois qu'il y a un seul Dieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi, et ils tremblent. Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est inutile ? »

Comment interpréter ces versets ?

Ces versets démontrent que tout est soumis à Jésus-Christ, lequel Dieu le Père la choisit par délégation pour lui céder toute autorité. Il est impossible de vaincre Jésus-Christ par n’importe quel moyen. C’est ce que le Diable ne peut accepter et c’est la raison pour laquelle, il est éternellement condamné pour insoumission et indiscipline divine. En rejetant l’amour de Dieu, Satan est devenu cruel, ignoble et immonde de nature.

Les démons sont responsables sur terre des suicides, des meurtres, des mensonges, des guerres, de la pédophilie, de l’homosexualité, de l’avortement, de la jalousie, de l’adultère, de la peur…et pourtant, ils tremblent, ils sont angoissés quand ils entendent le nom de Jésus-Christ, quand un chrétien l’invoque dans sa prière. C’est-à-dire qu’en se soumettant à Dieu, nous sommes aux dessus des influences négatives parce que nous avons reçu le Saint Esprit en nous. Les démons tremblent devant de son nom et exécutent tout ce que Jésus leur ordonne.

La soumission et l’obéissance à Dieu (avec toutes la tentation diabolique que cela importe), est indispensable pour s’assurer la vie éternelle. La gloire sera remise au disciple qui a été jusqu’au bout de la foi, par amour pour Jésus-Christ.

Il est nécessaire pour l’homme de comprendre d’où il vient et de savoir où il va. L’homme doit comprendre qui est le vrai Dieu parmi tous les mensonges propagés par Satan et ses serviteurs (bouddhisme, islam, judaïsme rejetant Jésus-Christ, hindouisme…). Il y a une vérité mais des milliers de mensonges et Jésus nous confirme bien dans Jean chapitre 14 ; versets 5 à 7 qu’il est cette unique (par définition) vérité.

« Thomas lui dit : Seigneur, nous ne savons où tu vas ; comment pouvons-nous en savoir le chemin ? Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l'avez vu… »

4. Ma vie au nom du Seigneur Jésus-Christ :

Matthieu chapitre 3 ; versets 16 à 17 :

« …Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l'eau. Et voici, les cieux s'ouvrirent, et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection. »

Matthieu chapitre 28 ; versets 17 à 19 :

« …Quand ils le virent, ils se prosternèrent devant lui. Mais quelques-uns eurent des doutes. Jésus, s'étant approché, leur parla ainsi : Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, »

Comment interpréter ces versets ?

Lors de son ministère terrestre Jésus-Christ fut l’élu de Dieu pour le représenter. Toute l’autorité du ciel et de la terre lui a été remise. Après être remonté au ciel, il envoie son esprit sur tous ceux qui croient en lui. Quand on le reçoit (le Saint-Esprit), nous sommes à notre tour au-dessus des influences sataniques que ce sont la peur, le stress, l’incertitude, la haine, les insultes, la vengeance, le mensonge, le vol….

Le chrétien est donc disciple de Jésus-Christ mais aussi, Ambassadeur, Ministre de la Parole, délégué de l’autorité divine, l’image même du maître, du Messie. Il est donc mandaté pour représenter au mieux Jésus-Christ lors de sa vie terrestre. Pour se faire il reçoit l’Esprit-Saint, le permettant d’accomplir sa mission. Le nom de Jésus-Christ est ancré au plus profond de celle ou de celui qui a cru à l’œuvre de la croix et à tout moment, il utilisera (par délégation, mandat, autorisation de Dieu), le nom de Jésus-Christ, pour soumettre toutes influences mauvaises. Ci-après quelques exemples de requêtes spirituelles au nom de Jésus-Christ :

- Je bénis mon repas au nom de Jésus-Christ.

- Je prie au nom de Jésus-Christ pour obtenir la sécurité matérielle et financière.

- Je demande la paix et la sécurité au nom de Jésus-Christ pour tous ceux que j’aime.

- Je prie le nom et le sang de Jésus-Christ pour m’aider à sortir d’un gros problème.

- Je prie le nom de Jésus-Christ pour que mes ennemies cessent le mal et se convertissent à leur tour à Jésus-Christ.

C’est donc toujours dans le nom de Jésus-Christ, que nous sommes gagnants face aux pièges de l’adversaire.

5. Le chrétien et les autorités terrestres :

Epitre de Paul aux Romains chapitre 13 ; versets 1 à 2 :

Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n'y a point d'autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. C'est pourquoi celui qui s'oppose à l'autorité résiste à l'ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes.…

Comment interpréter ce verset ?

Si l’on commet un crime que ce soit un vol, une agression, un viol, un escroquerie etc…il est absurde de se rebeller contre les autorités (policières et juridiques). La condamnation qui suivra est la suite logique des actions mauvaises que l’on commet.

Les institutions d’autorité sont indispensables pour que la société fonctionne correctement. Une entreprise, un projet, la société en général ne peut se maintenir dans l’anarchie, sans hiérarchie, sans respect des valeurs et des lois. Sinon, le monde devient un lieu infernal et chaotique.

Les soi-disant rebelles à l’ordre sociétal (hiérarchie, respect des valeurs, famille, travail…), c’est-à-dire les anarchistes (ceux qui ne veulent pas de règles, d’autorité ni de lois) sont le parfait exemple de cette société qui aujourd’hui s’effondre. Les conséquences sont l’ultra violence, l’hyper sexualisation, la médiocrité de l’éducation, la paresse, l’irrespect des plus jeunes…. Concrètement, la société de satanise un peu plus chaque jour.

Encore, faut-il que les autorités soient elles aussi irréprochables sur la moralité et digne de confiance. Ce qui n’est plus vraiment le cas aujourd’hui car elles sont soumises aux forces obscures (finance internationale, franc-maçonnerie, politique, sionisme, instances mondialistes…).

L’intérêt du citoyen est délaissé au profit des plus puissant de ce monde. Le laxisme face à la criminalité (économique et civile) devient flagrant et dangereux pour le peuple qui se révolte.

Quand les responsables politiques introduisent des lois contraires aux commandements de Dieu (avortements, mariage homosexuel), les chrétiens ne doivent pas se soumettre à ces lois sataniques et mortifères sans réagir. Ils ne doivent pas user de violence pour exprimer leur désaccord mais bien prouver que ces lois sont vicieuses, en expliquant les raisons et usant de tous moyens légaux pour y faire face (vote, pétitions, tract, réunions, débats…).

Je crois fermement que quand des gouvernements imposent sournoisement (c’est-à-dire derrière une belle image de liberté) des lois nauséabondes aux peuples, il s’agit bien d’un signe évident de la fin de temps. Dieu ne tolèrera pas que le mal et le mensonge dirigent le monde. Le non croyant qui n’a pas reçu le Saint-Esprit ne comprendra pas que ces lois sont vicieuses et se soumettra à ce monde devenu mauvais. Le mal sera considéré comme bon et tout ce qui est bon sera vu comme mauvais sans que les gens ne se rendent compte et ne réagissent.

Matthieu chapitre 24 ; versets 37 à 39 :

« …Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l'avènement du Fils de l'homme. Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l’arche ; et ils ne se doutèrent de rien, jusqu'à ce que le déluge vînt et les emportât tous : il en sera de même à l'avènement du Fils de l’homme… »

Pour conclure, c’est la foi en Jésus-Christ qui est l’unique moyen de comprendre le monde dans lequel nous vivons.

Epitre de Paul aux Romains chapitre 10 ; versets 10 à 12 :

« …Car c'est en croyant du cœur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l’Ecriture : Quiconque croit en lui ne sera point confus.

Autrement la puissance du mal nous rattrape et nous ramène sans cesse dans le mensonge du monde et dont Satan en est le prince.

Première épitre de Jean chapitre 5 ; versets 18 à 19 :

« …Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point ; mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas. Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier est sous la puissance du malin. »